L'Île Vierge

Top 50 des plus beaux sites naturels de France (1e partie)

Nature & Randonnée | Par Vianney, le 16 mars 2020

Ce n’est pas un hasard si la France est le pays le plus visité du monde. On ne peut compter les merveilles naturelles, les caps, les îles, réserves, parcs, canyons, falaises, rochers, bocages, forêts, lacs, montagnes, mers, plateaux, côtes, gorges, grottes, belvédères, calanques, cascades, rivières, prairies, criques et cirques. Je ne sais plus qui disait « il faut dire aux gens qu’on aime qu’on les aime », et c’est tellement vrai. Ça marche aussi pour les paysages. On aime la France ! Fabuleuse et rayonnante. On aime la nature, créatrice de sites étonnants et éblouissants. Ils font de nos vacances des moments inoubliables. On a tous en tête un, deux, trois lieux visités lors de nos voyages et gravés dans nos mémoires comme une éternelle carte postale. Dans cette sélection des 50 merveilles immanquables, à proximité des villages Cap France, la plupart est libre d’accès. Certains sont payants, renseignez-vous avant et sachez que plusieurs proposent des offres spéciales groupes dans le cadre des visites. On démarre par la Normandie, la Bretagne et les Pays de la Loire.

Merveille de l’Occident : la baie du Mont Saint-Michel

Notre promenade s’ouvre sur une fierté française : la baie du Mont Saint-Michel. Nous sommes dans la Manche, où Cap France vous accueille dans son village vacances Le Home du Cotentin, à 50 mètres de la mer, dans la station balnéaire d’Agon-Coutainville. Nous sommes en Normandie… à moins d’un kilomètre de la Bretagne. Faut-il le préciser ? Oui. Car les deux régions se tirent la bourre pour revendiquer la possession du mont en question. Il faut se plonger dans l’histoire pour mieux comprendre cette querelle : l’histoire débute en 709 « sur ce qui n’est alors qu’un simple rocher granitique de quatre hectares, émergeant au sein d’une large baie à la frontière entre l’Avranchin, dans le sud de la l’actuel département de la Manche, et le royaume breton de Domnonée, dans lequel s’élève le fameux rocher », explique Gary Dagorn dans Le Monde. Il a raison de parler de la baie et de ne pas se limiter au mont. La splendeur du rocher et de son abbaye, joyau de l’architecture médiévale, tient aussi (surtout) de son environnement naturel. Située entre Cancale et Grandville, la baie du Mont Saint-Michel, autrefois nommée « la merveille de l’Occident » et classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, « est le terrain des plus grandes marées d’Europe et réunit une forte diversité de milieux naturels constituant la plus vaste étendue française de prés salés et de polders », rappelle-t-on au département de la Manche.

La Baie du Mont Saint-Michel

L’envoûtant bocage normand et les fantastiques falaises d’Etretat

En remontant vers Caen, dans le sud-ouest du Calvados, aux alentours de Vire, Condé et Villers-Bocage, vous attrapez une autre merveille : le bocage normand. Paysage idylliquement vert, il est une expression de la douceur de vivre à la française, the french way of life made in Normandie. « Pour les amoureux de la nature, le bocage normand est avant tout la variété des paysages, alternant des vallons bordés de haies champêtres, de remarquables massifs forestiers, de nombreux chemins creux ou encore les gorges encaissées de la Vire. Pour les amateurs d’authenticité, venir dans le bocage normand, c’est la possibilité de découvrir le meilleur de la gastronomie normande », précise le site du Pays de Condé qui nous signale deux Routes touristiques : celle des traditions (andouille, miel, escargots, cidre, fromages, pommeau, calva) et celle du granit. On fait de cette pierre, appelée « le bleu de Vire », des maisons, calvaires, monuments et châteaux, donnant une touche particulière à certains lieux. Au nord de ce bocage, quatre villages vacances Cap France vous accueillent sur la côte : Les Tourelles, Bon Séjour La Plage, Le Bois Flotté et Sweet Home.

En poursuivant sur cette côte, après Honfleur et Deauville, vous arrivez à Etretat. Ses falaises fantastiques sont parmi les plus citées dans les grandes merveilles naturelles de la France. Ce sont leurs arches qui étonnent au premier abord, l’une d’elles offrant (quand on a de l’imagination) le spectacle d’un éléphant ou d’un dinosaure qui boit dans la mer ! Mais au delà du village d’Etretat, au-delà de la vue exceptionnelle, n’oublions pas que la côte d’Albâtre, c’est près de 150 kilomètres de falaises crayeuses d’une ravissante blancheur.

Les couleurs du Cap Frehel et la Réserve des Sept-Îles à l’écosystème exceptionnel

Partons embrasser la Bretagne, du nord au sud en suivant les côtes (dont les noms sont si jolis qu’on les cite : côte d’Émeraude, de Goëlo, de Granit Rose, de la Ceinture Dorée, des Légendes, de la Mer d’Iroise, de Cornouailles, des Mégalithes). Là aussi, la région regorge de merveilles prêtes à nous emballer. Le Cap Frehel est un incontournable, pour le panorama qu’il propose à ses visiteurs, sur la baie de Saint-Malo et la mer d’Émeraude, et pour son ambiance. Le vent joue ici une partition chaque jour inédite et les couleurs changent au fil des saisons et des conditions météo. « Amoureux de la nature, vous serez comblés. Le Cap offre de mai à octobre une symphonie de couleurs. Le jaune éclatant de l’ajonc mêlé au rose de l’armerie au printemps, le violet des bruyères en été… et des oiseaux marins par centaines (cormoran huppé, goéland argenté…) dont le très rare pingouin torda », écrit tourismebretagne.com. Vous pouvez visiter le phare (en visite libre), l’un des cinq phares les plus puissants de France, il porte à plus de 50 km. Ne manquez pas la visite de Fort La Latte (1), c’est à 1h30 à pied par le sentier côtier. L’histoire de ce site est exceptionnelle et on y tourna de nombreux films, dont Les Vikings, avec Kirk Douglas, en 1958.

Restons dans les Côtes d’Armor et entrons sur la Côte de Granit Rose. Au large de Perros-Guirec, voici la Réserve Naturelle des Sept-Îles. Elle a été créée il y a plus de cent ans par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) pour protéger les Macareux moines (ou perroquets de mers), elle abrite aujourd’hui « la plus importante colonie métropolitaine d’oiseaux de mer », soit 25 000 couples. 100 000 visiteurs découvrent chaque année ces lieux, dont l’espace muséographique. Son objectif : « plonger le visiteur dans une atmosphère particulière, celle de quelques îles peuplées d’oiseaux et de phoques, au cœur d’un écosystème aux richesses sous-marines exceptionnelles ».

(1) Bâtiment actuellement inaccessible au public en raison de l’épidémie de COVID-19

Cap de la Chèvre, Perle de l’Atlantique et marais salants de l’Île de Noirmoutier

On poursuit notre tour breton. Nous voilà dans le Finistère, au sud de la Presqu’île de Crozon, au Cap de la Chèvre. Nous sommes à 25 km de l’Hôtel Club Ker Beuz, dans un lieu finissant la baie de Douarnenez. « Depuis toujours, les bateaux viennent s’abriter derrière quand l’océan est trop furieux ». Le paysage est spectaculaire et le lieu est souvent décrit comme « une des pointes mythiques de la Bretagne ». Pinèdes, falaises et criques cohabitent et lui donnent un air délicieusement méditerranéen. « N’oubliez pas vos jumelles ! A l’extrémité du cap, vous embrasserez le Monde, tout du moins un petit morceau. À votre gauche, la baie de Douarnenez. Face à vous, la côte, jusqu’à la baie des Trépassés. À votre droite, avec de bons yeux, Saint-Pierre-et-Miquelon », dit sans déconner l’auteur d’un site touristique breton.

On peut aller de port en port (merci Jacques Brel et Serge Lama), on peut aussi aller de perle en perle. Alors voici celle qu’on nomme « la perle de l’Atlantique » ou « la bien-nommée Belle-Île ». Nous voici dans le Morbihan, à Belle-Île-en-Mer, à une vingtaine de kilomètres (à vol d’oiseau) du village vacances de La Pierre Bleue, proche également du village de Kerfétan, voisinant la splendide « petite mer » de la Ria d’Étel. C’est une des très belles destinations françaises pour ceux qui savourent le naturel préservé et le charme simple. L’île, tendrement chantée par Laurent Voulzy, s’est payée l’audace d’entrer en 2020 dans le top mondial du prestigieux New York Times. Le journal américain classe l’île française parmi les « 52 destinations à visiter absolument ». « Terre de légendes, habitée depuis des millénaires, tout vous rappelle que vous êtes en Bretagne : des menhirs aux falaises que recouvre la lande, des balades sur le sentier côtier d’où défilent, au large, les voiliers, aux pauses sucrées dans les crêperies. Protégée par la baie, Belle-Île-en-Mer bénéficie d’un climat exceptionnel, avec un temps d’ensoleillement équivalent à Toulouse ». Belle-Île est aussi exceptionnelle par sa biodiversité, elle est un Site d’intérêt européen Natura 2000.

Faisons maintenant un saut dans la région voisine des Pays de Loire, en Vendée. Direction l’île de Noirmoutier, qui compte deux villages vacances Cap France, Koat Ar Mor et Les Quatre Vents. Ses marais salants portent une histoire longue, ils ont façonné le paysage et coloré l’île, c’est une des merveilles naturelles de France, à visiter bien sûr (de juin à septembre). Précisons : les marais salants forment une alliance des génies de l’homme et de la nature. La nature, la mer, qui donnent le sel. L’homme, au fil des siècles, qui a organisé sa récolte. Ces marais nourrissants sont autant une activité artisanale (pratiquée par une centaine de sauniers sur cette île) qu’un joli mystère de la nature. Un de plus…

Les marais salants de l'Île de Noirmoutier

Vianney Huguenot

Journaliste, hexagone-trotter, également chroniqueur en radio, animateur en télévision et auteur au Petit Futé, il sillonne la France depuis plus de vingt ans, alternant les coins méconnus et les pépites incontournables du tourisme français.