Le Château de Chambord

Les monuments stars de nos régions (1e partie)

Culture & Patrimoine | Par Vianney, le 4 mai 2020

La France est numéro 1 de l’attractivité touristique mondiale et ce n’est pas un hasard. On doit ce podium à nos paysages, notre diversité géographique, notre histoire planétaire, notre gastronomie, nos savoir-faire… et bien sûr à notre patrimoine bâti. Grandiose ! Dans chaque département, vous trouvez des bâtiments historiques majeurs, que les offices de tourisme décrivent comme « les incontournables ». Ce sont des cathédrales, des basiliques, des viaducs, des tours, ponts, châteaux, gares, musées, manufactures légendaires… Les visiter crée des sensations fortes, comme si vous entriez dans l’histoire d’une région, d’un courant artistique ou d’un genre architectural. C’est une fantastique leçon que nous prenons en furetant entre les piliers, sous les vitraux, sur les donjons… Qu’ils soient décrits comme des incontournables n’est pas anodin. Cela signifie souvent que des moyens importants sont mis à la disposition du public, quel que soit l’âge du visiteur. Pour les familles ou les groupes par exemple, on trouve sur ces lieux des visites spécifiques et adaptées. Pour cette première série, nous partons dans le Centre-Val-de-Loire, l’Occitanie et le Grand Est (*).

Les incontournables châteaux de la Loire, Chambord, Cheverny ou le très féministe château de Chenonceau.

Dans la région Centre-Val-de-Loire, l’un des monuments les plus populaires est le château de Chenonceau, à 19 km du village vacances La Saulaie. Situé entre les 15e et 20e places dans différents classements des sites les plus visités en France, ce monument accueille près de 900 000 visiteurs chaque année. C’est un des grands châteaux de la Loire… situé sur le Cher. Édifié dans sa première version au XIIIe siècle, il est plus qu’un des symboles de la Renaissance. Sa splendeur architecturale, intérieure et extérieure, n’a d’égale que sa féminité.

Le Château de Chenonceau

On l’appelle « le château des dames » car il fut très souvent dirigé par des femmes. Le roi Henri II l’offre à sa favorite Diane de Poitiers. Puis l’officielle, la reine Catherine de Médicis, le reprend quelques jours après la mort du roi. Elle en fait un lieu central et festif du royaume de France. Puis vient élire domicile à Chenonceau l’épouse du roi suivant, Louise de Lorraine. Puis une autre Louise, « la dame des Lumières », Louise Dupin. Elle écrit ici un « Code des droits de la femme » avec l’aide de son secrétaire particulier, un certain Jean-Jacques Rousseau « qui connut à Chenonceau une période de bonheur paisible, décrite dans certaines de ses œuvres ». Précision au passage : pour les groupes de plus de 20 personnes, des visites libres sont possibles avec des audio-guides. Non loin de Chenonceau, ne manquez pas la Cité royale de Loches (à 10 km de la Saulaie), massive, splendide et perchée sur un éperon rocheux. Vous y trouvez notamment un prestigieux épisode de l’histoire de Jeanne d’Arc.

À voir aussi dans la région Centre-Val-de-Loire : les châteaux de Blois, Chambord, Cheverny (Loir-et-Cher), la forteresse royale de Chinon, la pagode de Chanteloup (Indre-et-Loire), la cathédrale de Chartres, la Maison Picassiette (Eure-et-Loir), le Pont-canal de Briare (Loiret), le Palais Jacques-Coeur (Cher), le château de Valençay (Indre).

En Languedoc-Roussillon, visitez le génie des hommes : le pont du Gard, aqueduc le plus haut du monde, le canal du Midi…

Dans les classements des sites les plus fréquentés en France, le pont du Gard émerge souvent en numéro 1 des sites provinciaux, après les incontournables parisiens et franciliens (dont le trio de tête est : Musée du Louvre, Château de Versailles et Tour Eiffel). Situé en Languedoc-Roussillon, à 40 km du village vacances les Hameaux de Camargue, dans les Bouches-du-Rhône voisines, le pont du Gard est une œuvre majeure de la période gallo-romaine. Bâti au Ier siècle, il avait une fonction très pratique. Cet aqueduc permettait de conduire l’eau jusqu’à Nîmes, depuis Uzès, sur une distance de 50 km. Et cela a duré pendant cinq siècles. Ce site grandiose, « pont-aqueduc romain le plus haut du monde et seul exemple de pont antique à trois étages encore debout », est impressionnant par sa splendeur, son histoire… et ses chiffres. Savez-vous par exemple qu’il pèse 50 000 tonnes ? Par ailleurs, son volume total est équivalent à celui de la Tour Eiffel, 20 000 mètres cube.

Au-delà de la vision de l’aqueduc (visites guidées sur le pont), il y a d’autres activités aux abords. Des balades « sur des sentiers arborés avec des points de vue spectaculaires et la possibilité de découvrir la faune et la flore méditerranéennes ». À proximité immédiate du pont, profitez également du musée, « le plus grand centre d’interprétation en France sur le génie pluridisciplinaire romain », comprenant un cinéma et une ludothèque avec des activités pédagogiques pour les 5-12 ans. Notez aussi que c’est gratuit pour les moins de 18 ans et qu’une organisation particulière est en place pour tous les déplacements de groupes, associations et comités d’entreprise.

En Occitanie, si vous aimez les histoires d’eau et de génie humain, courez voir le canal du Midi. À son origine, au XVIIe siècle, il y eut une idée folle : relier la Méditerranée à l’Atlantique. En joignant le canal de Garonne et celui du Midi, d’abord appelé « canal royal de Languedoc », ce fut chose faite. On nomme parfois les deux canaux connectés « le canal des deux mers ». Le canal du Midi a représenté un incroyable chantier, d’une durée de plus de 15 ans, parsemé de casse-tête. L’un des plus ardus devait répondre à la question de l’alimentation permanente en eau. Il existe de nombreux points de vue pour goûter les diverses atmosphères de ce canal : le tunnel du Malpas, « premier tunnel au monde creusé pour un canal », les 9 écluses de Fonseranes, « un véritable escalier d’eau », le pont-canal de Béziers, qui passe au-dessus d’un fleuve côtier, ou l’écluse ronde d’Agde, « construite en pierre volcanique, unique au monde et permettant le croisement de trois eaux (canal du Midi, fleuve Hérault et Canalet) ». Rendez-vous aussi à Sète (village vacances le Lazaret), tout proche du point de démarrage du canal. En groupe ou en famille, vous pouvez prévoir « une croisière-repas ou une simple promenade de quelques heures ».

À voir aussi dans la région Languedoc-Roussillon : la Cité de Carcassonne (Aude), le Théâtre de la mer (Hérault), la Cité médiévale de Sainte-Enimie (Lozère), les remparts Vauban de Villefranche-de-Conflent, le fort Saint-Elme (Pyrénées Orientales).

En Midi-Pyrénées, vivez une expérience inoubliable sur le viaduc de tous les records.

On poursuit en Occitanie, avec la région Midi-Pyrénées. Pour le génial, ici aussi c’est l’embarras du choix ! Je vous propose un autre viaduc, plus moderne : le viaduc de Millau. Il est aussi régulièrement dans le Top 20 national des sites les plus populaires de France. À 30 km du village vacances le Domaine du Roc Nantais, le viaduc de Millau surprend par ses aspects à la fois colossal et élégant. Au-delà de l’endroit très pratique – car c’est une partie de l’autoroute A75 – et d’un site touristique, ce viaduc représente aussi un défi technique exceptionnel et une ribambelle de records, dont celui de la hauteur (avec 343 mètres, il est plus haut que la Tour Eiffel). On le nomme à juste titre « le viaduc de tous les records ». Ses travaux ont duré trois ans mais les discussions, les études et les préparatifs du chantier se sont étalés sur 15 ans. L’objectif était de désenclaver le Massif central (relier Clermont-Ferrand et Béziers) en bâtissant un ouvrage franchissant le Tarn. Les plus anciens d’entre nous se souviennent des bouchons à rallonge de Millau à l’époque des départs en vacances, disparus avec ce viaduc. Ce qui est relativement rare, c’est sa double destination : 5 millions d’automobilistes et routiers l’empruntent chaque année pour se déplacer et 1 million de visiteurs s’y rend pour découvrir le site devenu touristique. Un belvédère a été aménagé, ainsi qu’un « sentier des explorateurs et un musée (gratuit) : dans cet espace de 220 m², plongez dans l’univers du viaduc : spectacle immersif, maquette augmentée, casques de réalité virtuelle…Venez vivre une expérience inoubliable ».

Plus au sud, à 17 km du village vacances les Lambrilles, à 30 km du village vacances de Marc et à 40 km du Tarbesou, voyez aussi le château de Foix, dans les Pyrénées ariégeoises, et son nouvel espace muséographique de 2000 m². La vision est impressionnante, car le château domine la ville de Foix… et plus de huit siècles d’histoire des cathares. Il a fait l’objet de nombreux remaniements et restaurations, dont très récemment dans le cadre d’un chantier médiéval. Un large panel d’activités et découvertes vous est proposé : jeux, ateliers ludiques, escape game « le trésor des cathares » et le lieu est idéal pour les virées en groupe avec « des visites sur-mesure » organisées selon la composition de votre groupe.

À voir aussi dans la région Midi-Pyrénées : l’abbatiale de Conques, le village de La Couvertoirade (Aveyron), le village de Rocamadour et la cité de Cahors (Lot), la commune de Saint-Lizier et ses deux cathédrales (Ariège), la place du Capitole à Toulouse et la basilique de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), l’abbaye de Flaran (Gers), la cité épiscopale d’Albi (Tarn), le sanctuaire Notre-Dame de Lourdes (Hautes-Pyrénées), l’abbaye Saint-Pierre de Moissac (Tarn-et-Garonne).

Grand Est : la cathédrale la plus visitée de France, la plus belle place du monde et une drôle de prison

Les monuments les plus visités dans cette région sont de la catégorie de l’art sacré et du patrimoine mémoriel. En effet, l’est de la France a été souvent, et de très près, frappé par les conflits et les invasions. Mais nous allons voir que le Grand Est réserve en fait une gamme variée de merveilles patrimoniales. En Alsace, la reine des incontournables est la cathédrale de Strasbourg, à 30 km du Domaine Saint-Jacques. L’histoire de ce monument vous donne le tournis. Plus que millénaire (dans sa première version), la cathédrale est reconnaissable à sa flèche unique, sur l’une des deux tours, ajoutée au XVe siècle. Avec ses 143 mètres, elle fut pendant 227 ans l’édifice le plus haut du monde, dépassé ensuite par beaucoup d’autres, dont le « recordman » aujourd’hui est un gratte-ciel de Dubaï, haut de 828 mètres. Mais revenons à Strasbourg et à sa cathédrale visitée par 4 millions de personnes chaque année. Elle est donc aujourd’hui la cathédrale la plus visitée de France (N.D. de Paris étant inaccessible depuis l’incendie de 2019). Elle marque d’emblée le visiteur par une puissance extraordinaire, occupant tout l’espace (les abords sont relativement restreints, surtout quand le plus célèbre marché de Noël de France prend possession des alentours). Ce bâtiment crée une ambiance indescriptible avec une cathédrale dominante et protectrice. N’oubliez pas d’observer les milliers de détails (qui sont plus que des détails) et arrêtez-vous absolument sur l’horloge astronomique, « chef d’œuvre de la Renaissance et produit d’une collaboration entre artistes, mathématiciens et techniciens ».

Faisons route maintenant vers la Lorraine et sa capitale, Metz, dont la cathédrale fête actuellement ses 800 ans. Elle détient aussi un record, affichant la plus vaste surface de vitraux en France : 6500 m². L’intérêt de ces vitraux tient aussi dans leur diversité, gothiques et contemporains, et dans les noms des artistes créateurs, notamment Chagall. Pour la petite histoire, Picasso avait été pressenti pour les élaborer, puis son nom fut retoqué du fait de ses appartenances politiques (il était proche des communistes). Évidemment, parmi les incontournables lorrains, voyez et flânez sur la place Stanislas de Nancy, régulièrement décrite comme « la plus belle place du monde ». Les adeptes d’Art Nouveau seront aussi aux anges à Nancy, un art exprimé sur plusieurs bâtiments, privés ou publics, de la ville.

La Champagne, elle aussi, a pour star une cathédrale, celle de Reims, célèbre pour avoir accueilli le sacre de presque tous les rois de France. Je vous conseille aussi la visite de l’exceptionnelle abbaye de Clairvaux, à 40 km de l’Hôtel Club du Lac d’Orient. Cette abbaye est unique notamment parce qu’elle abrite, sur une partie du site, une prison. Maison d’arrêt qui a vu défiler des prisonniers célèbres et liés à des grands épisodes historiques : ont défilé derrière les barreaux de Clairvaux les insoumis de l’armée napoléonienne, Communards, mutins de Verdun, Cagoulards, Résistants puis Collaborateurs après la Libération, généraux putschistes de la guerre d’Algérie… Au-delà de sa prison, l’abbaye de Clairvaux est puissante par son histoire ; elle était une des abbayes cisterciennes les plus rayonnantes au monde, elle avait fondé 350 « abbayes-filles » à travers toute l’Europe. On la visite bien sûr. Pour les groupes, on vous offre même « la possibilité de précéder ou prolonger la visite par un déjeuner au sein même de l’abbaye ».

À voir aussi dans la région Grand Est : l’abbaye des Prémontrés et le château de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), la citadelle souterraine de Verdun et l’ossuaire de Douaumont (Meuse), la maison natale de Jeanne d’Arc et le Théâtre du peuple (Vosges), le Centre Pompidou-Metz et le château de Malbrouck (Moselle), les caves et l’avenue de Champagne (Marne), la maison de Renoir (Aube), le Petit Paris et « la Boisserie », maison du général de Gaulle (Haute-Marne), la place Ducale (Ardennes), le château du Haut-Koenigsbourg (Bas-Rhin), la Petite Venise et la place de la Réunion (Haut-Rhin).

(*) La liste des monuments cités ici est naturellement incomplète. Sont notamment relevés les sites qui apparaissent dans des classements et « tops » nationaux, ou qui sont suggérés en priorité par les offices de tourisme en « visites incontournables ». Ne sont pas intégrés dans cet article les parcs aquatiques et parcs d’attraction ou de loisirs.

Vianney Huguenot

Journaliste, hexagone-trotter, également chroniqueur en radio, animateur en télévision et auteur au Petit Futé, il sillonne la France depuis plus de vingt ans, alternant les coins méconnus et les pépites incontournables du tourisme français.